Mon Forsythia est malade, que faire ?

Bien que très costaud le forsythia peut parfois tomber malade. Les deux principales affections sont la galle et le pourridié. La première n’est pas dramatique. Les symptômes sont des petits amas de concrétions qui se forment sur les tiges. Seule solution efficace : rabattre au moins 10 cm sous la déformation. Si dans les deux ans le mal continue de se propager, osez au printemps une taille très courte (30 cm du sol). L’arbuste repartira vite. À l’inverse, le pourridié est bien plus ennuyeux. Le symptôme est un mycellium blanc à forte odeur de champignon qui survient à la base des tiges et au pied. Non seulement cette maladie entraîne à terme la mort du sujet, mais il n’existe ni produit, ni méthode pour en venir à bout. Si le pied est pris, arrachez avec une grosse motte et changez la terre.

Apprenez-en plus sur le Forsythia dans notre numéro 190.

Le Crocus

Ces petites plantes à bulbe sont robustes, rustiques et parmi les premières à fleurir en début d’année.
Cependant, il ne suffit pas de planter les bulbes pour avoir des Crocus dans le jardin.
En effet, même si elles sont robustes, rustiques et parmi les premières à fleurir en début d’année, elles peuvent souffrir et parfois même disparaître brutalement sans qu’on en sache toujours les raisons.

C’est entre fin septembre et fin novembre qu’on plante les bulbes de crocus. Ils doivent être sains et pas encore démarrés quand on les met en terre.
Retrouvez plus d’informations sur le crocus dans notre numéro 238 de Janvier-Février 2021

On commence avec l’échalote !

Si on peut protéger des gelées nocturnes très fortes en travaillant sous serre froide ou tunnel, c’est dès le mois de janvier qu’on peut planter l’échalote.

On prépare la terre en l’ameublissant soigneusement mais sans l’amander d’un compost ou d’un fumier. On ménage des billons en remontant la terre des côtés sur 15cm de haut pour faciliter le drainage et on plantera les caïeux d’échalote tous les 15cm.

On assied bien le « bulbe » sur sa base mais en prenant soin de garder sa pointe dépasser à l’air libre et on n’arrose pas.

 

Retrouvez cette astuce accompagnée de nombreuses autres dans le numéro 196.

Taillez les kiwis en janvier

Certains disent que l’actinidia se taille comme la vigne. Il est certain que si vous trainez à la tailler vous risquez fort de la faire pleurer avec des écoulements de sève au niveau des coupes. Attaquez dès janvier ou début février, un jour sans gel. On commence par supprimer les charpentières les plus vieilles (branches principales partant du tronc) pour en conserver 5 ou 6 au maximum. On les raccourcit d’un bon tiers et on supprime les brindilles sèches. Ce nettoyage terminé, on y voit plus clair. On peut alors remonter le long d’une charpentière en gardant un rameau tous les 30 cm environ qu’on rabat à 3 yeux après l’emplacement du dernier fruit récolté. Pour cette raison, quand on cueille les kiwis, on laisse sur bois le pédoncule. Ça ne nuit pas au fruit et ça permet de repérer l’emplacement à la taille. Certains rabattent à trois yeux à partir de la base du rameau mais c’est souvent trop court pour bien fructifier.

N’oubliez pas !

Il faut parfois patienter cinq, six ou sept ans pour voir les premières fleurs.

L’arbre à perruques

Grand froid et fournaise estivale, pollution atmosphérique, sols pauvres et même franchement calcaires, rien ne semble faire peur à ce petit arbre aux inflorescences vaporeuses. Rien, ou presque…

Bien qu’il soit connu, ce petit arbre n’est pas planté aussi souvent qu’il pourrait l’être. On ignore trop souvent sa résistance aux maladies et son aptitude à s’adapter à des conditions difficiles. Enfin, on sous-estime également la qualité de son feuillage et l’originalité de sa floraison.

Ce dur à cuire préfère les sols pauvres
L’arbre à perruques (Cotinus coggygria) s’adapte sur tous les types de sols correctement drainés. En revanche, il peine vite sur un terrain lourd. Il tolère les sols au pH un peu acide mais préfère les pH neutres ou même basiques. Il est même très à l’aise sur des terrains calcaires. Ne lui réservez pas une bonne terre de jardin franche et fertile car il n’en profitera pas. Réservez-le pour des sols médiocres ou franchement pauvres en l’exposant en plein soleil. Il supporte aussi bien les fortes chaleurs des étés caniculaires que des gels sévères des hivers rigoureux. Bref, il est assez costaud pour affronter des climats et des terres difficiles.

Pensez à son développement
L’arbre à perruques a une croissance rapide. Il atteint à l’âge adulte 5 à 6 m de haut pour autant de large. Or, planté dans un petit jardin, il manque très souvent de place pour s’épanouir correctement. C’est vrai aussi quand on l’intègre dans une haie libre avec d’autres essences ; il n’est jamais aussi beau que lorsqu’il est planté en isolé, et il le mérite.

Les grandes perruques sont vraiment spectaculaires
La floraison des ces Cotinus est particulière. Au printemps, de minuscules fleurs (jaunes ou roses) apparaissent en grand nombre et forment en s’ouvrant de volumineuses panicules plumeuses. Cette floraison débute en juin et se prolonge jusqu’en septembre. Selon les variétés, elles sont d’un vieux rose, crème, beige ou pourpre.

Choisissez le feuillage
L’espèce type Cotinus Coggygria est caduque. Les feuilles plus ou moins arrondies, 8 cm de long, sont d’un vert un peu glauque au printemps et virent au rouge feu en octobre. Mais il existe plusieurs variétés. ‘Royal’ a des feuilles pourpres dès le printemps. ‘Royal Purple’ a des feuilles rouges bordées de rose. ‘Golden Spirit’ a des feuilles d’un vert clair très blond et virent au rouge à l’automne. ‘Flame’ a des perruques rose pourpré et des feuilles rouge vif en octobre, comme ‘Red Spirit’. Enfin, ‘Young Lady’ est une des rares variétés compactes. Elle ne dépasse pas 1,20 m de haut et a de grosses inflorescences beige avec des feuilles d’un vert pâle qui vire au rouge orangé en octobre. Le choix est large, profitons-en !

Catherine Larenaudie

 

Poirier : la cire n’est pas un luxe

La poire est un fruit qui est, une fois bien mûr, particulièrement gorgé d’eau. Le pédoncule (la queue du fruit), constitue une issue par laquelle l’air rentre dans le fruit et accélère l’évaporation de l’eau. Il en résulte un flétrissement de la chair qui perd toute sa saveur. En coiffant l’extrémité de la queue d’une touche de cire, on bloque l’entrée de l’air dans le fruit qui se trouve ainsi stabilisé et conserve toute sa saveur plusieurs semaines voire quelques mois. Il est vraiment intéressant de pratiquer cette mesure sur des variétés comme les délicieuses ‘Passe-Crassane’, ‘Beurré-Hardy’, ‘Williams’ ou encore ‘Guyot’

Saint-Jean de Beauregard (91) : Fête des Plantes

Les 27, 28 et 29 septembre 2019, de 10h à 18h

Château de Saint-Jean de Beauregard
rue du Château

91940 SAINT-JEAN DE BEAUREGARD

Entrée : 14 € – tarif réduit 11 € – gratuit pour les – 18 ans

Parking gratuit et navette gratuite depuis la gare d’Orsay-Ville (RER B, 1er départ à 9h30 d’Orsay puis rotation de deux véhicules toute la journée, départs toutes les 20 min environ).
Restauration possible sur place (restauration assise ou à emporter).
Consigne plantes gratuite

Saint-Jean invite tous les amateurs de jardin à venir partager un moment convivial et familial lors de sa Fête des Plantes d’Automne. Rencontrer les meilleurs pépiniéristes producteurs européens, récolter leurs précieux conseils et acquérir leurs plus beaux végétaux, telles sont les promesses de cet événement incontournable ! Arbres, arbustes, bulbeuses, graminées, grimpantes, rosiers et vivaces rares, mobilier, décoration, accessoires, vêtements, artisanat, près de 250 professionnels de l’horticulture et de l’art de vivre au jardin exposeront leurs plantes et créations.

Les plantes d’exception seront mises à l’honneur tout au long de cette édition automnale. Les best-sellers et immanquables de ces trente-cinq dernières années seront de nouveau sur les stands, à disposition des nostalgiques comme des curieux. Les indispensables du passé, du présent et du futur se côtoieront pendant trois jours et permettront à tout un chacun de créer son jardin.

La remise des Prix et Trophées gratifiera le travail des exposants, tant pour leurs prouesses horticoles que pour leurs créations d’art de vivre au jardin. Les petits comme les grands apprécieront d’autant plus leur journée que divers ateliers et animations leur seront proposés.

Andilly (17) : Troc de plantes

Le 5 octobre 2019, de 10h à 17h.
18 G rue du grand moulin
17230 ANDILLY
L’association Le Jardin en Folie organise le TROC d’automne.
Nos jardiniers vous accueilleront avec leurs conseils avisés, guideront les visiteurs dans leurs achats de plantations d’automne ou encore dans leurs échanges de plants.
La créativité des enfants des écoles et centres de loisirs sera mise à l’honneur avec le concours « Imagine l’affiche du Troc de printemps ». Le vote sur place permettra de désigner l’affiche qui sera retenue pour le Troc du printemps prochain.
Les enfants retrouveront les questions ludiques du fameux Quizz, les crêpes de Gérard, et les parents pourront tenter leur chance à la tombola ou encore venir goûter les soupes, confitures et autres préparations gourmandes préparées par les jardinières.
Un repas champêtre est prévu sous chapiteau, uniquement sur réservation et règlement à l’avance.
Pour tout contact : lejardinenfolie17@gmail.com

Bouzais (18) : Fête des plantes

Le samedi 5 octobre 2019, de 14h à 19h
Le dimanche 6 octobre 2019, de 09h à 18h
Les Jardins de la Loubière
341 rue du Tilleul
18200 BOUZAIS
Entrée 1.50 €
La 14ème fête des plantes de BOUZAIS(18) réunira plus de 40 exposants, horticulteurs, pépiniéristes, paysagistes et autres professionnels rosiers, plantes rares plantes vivaces, bulbes, maraîchage bio décoration de jardins, entourés des producteurs locaux et d’artisans qui vous proposeront, outillages, produits du terroir…. Dans le cadre de cette manifestation un stage floral est organisé par CatherineJOYAUX CORSELI fleuriste d’évènement
Le CLUB de la POULE NOIRE du BERRY présentera des sujets de l’année.
Une conférence sur les soins et comment toiletter les plantes fleuries dispensée par Stéphane MALE se tiendra les deux jours à partir de 16 heures.