Grand froid et fournaise estivale, pollution atmosphérique, sols pauvres et même franchement calcaires, rien ne semble faire peur à ce petit arbre aux inflorescences vaporeuses. Rien, ou presque…

Bien qu’il soit connu, ce petit arbre n’est pas planté aussi souvent qu’il pourrait l’être. On ignore trop souvent sa résistance aux maladies et son aptitude à s’adapter à des conditions difficiles. Enfin, on sous-estime également la qualité de son feuillage et l’originalité de sa floraison.

Ce dur à cuire préfère les sols pauvres
L’arbre à perruques (Cotinus coggygria) s’adapte sur tous les types de sols correctement drainés. En revanche, il peine vite sur un terrain lourd. Il tolère les sols au pH un peu acide mais préfère les pH neutres ou même basiques. Il est même très à l’aise sur des terrains calcaires. Ne lui réservez pas une bonne terre de jardin franche et fertile car il n’en profitera pas. Réservez-le pour des sols médiocres ou franchement pauvres en l’exposant en plein soleil. Il supporte aussi bien les fortes chaleurs des étés caniculaires que des gels sévères des hivers rigoureux. Bref, il est assez costaud pour affronter des climats et des terres difficiles.

Pensez à son développement
L’arbre à perruques a une croissance rapide. Il atteint à l’âge adulte 5 à 6 m de haut pour autant de large. Or, planté dans un petit jardin, il manque très souvent de place pour s’épanouir correctement. C’est vrai aussi quand on l’intègre dans une haie libre avec d’autres essences ; il n’est jamais aussi beau que lorsqu’il est planté en isolé, et il le mérite.

Les grandes perruques sont vraiment spectaculaires
La floraison des ces Cotinus est particulière. Au printemps, de minuscules fleurs (jaunes ou roses) apparaissent en grand nombre et forment en s’ouvrant de volumineuses panicules plumeuses. Cette floraison débute en juin et se prolonge jusqu’en septembre. Selon les variétés, elles sont d’un vieux rose, crème, beige ou pourpre.

Choisissez le feuillage
L’espèce type Cotinus Coggygria est caduque. Les feuilles plus ou moins arrondies, 8 cm de long, sont d’un vert un peu glauque au printemps et virent au rouge feu en octobre. Mais il existe plusieurs variétés. ‘Royal’ a des feuilles pourpres dès le printemps. ‘Royal Purple’ a des feuilles rouges bordées de rose. ‘Golden Spirit’ a des feuilles d’un vert clair très blond et virent au rouge à l’automne. ‘Flame’ a des perruques rose pourpré et des feuilles rouge vif en octobre, comme ‘Red Spirit’. Enfin, ‘Young Lady’ est une des rares variétés compactes. Elle ne dépasse pas 1,20 m de haut et a de grosses inflorescences beige avec des feuilles d’un vert pâle qui vire au rouge orangé en octobre. Le choix est large, profitons-en !

Catherine Larenaudie