Depuis quelques années, la bignone a démontré sa capacité à s’installer dans presque toutes les régions. Septembre est d’ailleurs le bon moment pour la planter. Profitez-en mais en prenant les quelques précautions d’usage.
Vigoureuse, florifère, la belle bignone a longtemps été cantonnée dans les régions méridionales. Or, depuis quelques années cette solide grimpante a montré toute sa capacité à s’installer aussi au nord de la Loire. Mais attention, il faut tout de même respecter quelques précautions.
Evitez les sols trop lourds
Les bignones tolèrent tous les types de sols. Le pH peut être neutre, un peu acide ou même calcaire. Une bonne terre de jardin est appréciée, surtout pour aider l’enracinement, mais une terre moyenne à pauvre peut convenir. Il faut juste éviter les terres lourdes, argileuses, qui se gorgent vite d’eau l’hiver dès qu’il pleut. Le terrain doit être drainant, léger, sans humidité stagnante.
Plein soleil ou mi-ombre
La bignone aime le grand soleil, même quand il est très chaud l’été, voire brûlant. Plus elle a de soleil et plus sa floraison est généreuse. Il faut l’orienter plein sud ou plein ouest sans soleil le matin mais au moins tout l’après-midi. Si elle n’a pas au moins 5 heures de soleil par jour l’été, elle fleurira moins.
Un support à sa mesure
Les bignones (à l’exception de quelques rares hybrides) sont de vigoureuses grimpantes qui peuvent se hisser à 5 à 8 m de haut. On peut tout de même les contenir à 2 m si on le souhaite Elles sont munies de crampons sur les tiges qui permettent, comme un lierre, de se tenir contre une façade ou contre le tronc d’un arbre autour duquel elle s’enroule comme une guirlande géante. On peut aussi leur réserver une grande grille de clôture ou des arches sachant qu’il faudra alors les tailler très court.
Un trou profond et large
On dit souvent qu’il faut creuser un trou de plantation profond d’au moins un fer de bêche. C’est juste mais insuffisant. Le trou doit être surtout assez large pour ne pas bloquer le développement racinaire qui se fait latéralement et de biais avant de plonger en profondeur.
Septembre est le bon mois
Il est vraiment conseillé de planter la bignone à partir de la mi-septembre ou début octobre car la terre est encore chaude et les nuits sont assez fraîches. Un arrosage copieux à la plantation et une fois par semaine durant un mois seront suffisants pour que la plante s’enracine tranquillement avant le début de l’hiver. En plantant en avril, ou mai, vous êtes obligé d’arroser tous les trois à quatre jours durant tout l’été pour soutenir la mise en place de la bignone. C’est beaucoup plus contraignant et plus risqué.
Quelle espèce choisir
Il existe principalement deux espèces. Campsis (ou Bignonia) grandiflora est originaire de Chine. Elle porte des grappes de grandes fleurs en forme de trompettes de 12 à 15 cm, rouge ou orangé, de juillet à octobre. Elle a parfois peu de crampons, ce qui oblige à la palisser sur son support. Campsis radicans, originaire d’Amérique du Nord, plus classique, a des grappes de six à douze fleurs, fines, orangé (espèce type), jaune (‘Flava’), rouge sang (‘Stromboli’). Tardive, elle fleurit d’août à octobre.
Louis Vittu