Dans de bonnes conditions, il suffit de deux ou trois ans pour voir les tiarellas former un joli tapis. Certains l’agrémentent avec quelques bulbes de tulipes mais sa floraison est assez belle par elle-même.

Depuis quelques années, on commence à voir des tiarellas dans les foires aux plantes et chez les pépiniéristes. Il est vrai qu’il existe désormais un grand nombre d’hybrides. Et puis surtout, on apprécie les services rendus par cette vivace.

Toutes les espèces ne sont pas traçantes
On tient là une plante couvre-sol intéressante. Mais attention, le genre Tiarella compte cinq espèces principales, quatre d’origine américaine et une d’origine asiatique. La plus commune est T. cordifolia, ce qui signifie à feuilles en forme de cœur. Haute de 20 cm pour un étalement de 30 cm, elle fait preuve d’une belle vigueur avec une souche rhizomateuse solide qui lui permet d’être assez couvrante. Certaines variétés comme ‘Tiger Stripe’ ont une croissance rapide. ‘Running Tiger’ se multiplie par stolons comme un fraisier. Quelques-unes sont particulièrement florifères. C’est le cas de ‘Moorgrun’. Mais les variétés de l’espèce T. wherryi ne sont pas rhizomateuses. Elles sont même d’une croissance plus lente que leurs cousines. Généralement, elles brillent surtout par leurs feuilles duveteuses, plus ou moins dentées, vert émeraude veiné de brun ocre ou de bronze. ‘Neon Lights’, plus haute avec 45 cm, a des feuilles presque persistantes d’un vert tirant sur le jaune et marqué de noir au centre. ‘Sugar and Spice’ est beaucoup plus florifère.

Une floraison vaporeuse de fin de printemps
Mais le point fort des tiarellas reste la floraison. Elle a lieu parfois fin avril, surtout en mai, et se prolonge en juin jusqu’aux premiers jours de juillet. Les petites fleurs étoilées sont regroupées en épi. Elles sont d’un blanc plus ou moins crème, rosé pour certaines variétés. Elles éclairent alors les zones d’ombre du jardin où elles se plaisent plus particulièrement.

Un sol frais plutôt acide
En effet, on plante les tiarellas à l’ombre ou l’ombre légère de grands arbres. L’idéal est de les installer sur un sol toujours assez frais mais drainant, neutre ou un peu acide. Dans un sous-bois, la terre est naturellement enrichie de feuilles. Ailleurs, apportez une fois par an un bon compost ou un terreau de tontes et de feuilles. Les tiarellas apprécient les sols humifères. Mais ce sera le seul soin que vous puissiez leur apporter.

Attention à l’oïdium
Elles ne craignent ni parasites ni maladies particulières si ce n’est parfois l’oïdium. C’est le cas en début et fin d’été quand on a une alternance de pluies et de soleil avec des écarts importants de température entre le jour et la nuit. Contre un mur, avec peu d’air et de lumière, elles sont davantage exposées à cette maladie.

Quand on les hybride avec les heuchères
On associe les tiarellas aux autres vivaces d’ombre que sont les pulmonaires, les hostas, les hellébores, les dicentras et les heuchères. D’ailleurs, elles s’entendent tellement bien avec ces dernières que les obtenteurs les ont hybridées, créant ainsi les séries d’heucherellas. Il s’agit d’un genre mixte entre les Heuchera et Tiarella mais plus proche des heuchères qui connaissent également un franc succès.

Jules Bara