Une herbe bleue est toujours élégante, surtout dans un environnement minéral (rocaille, escalier, bordure, muret). Et en plus, cette solide fétuque résiste aussi bien aux grands froids qu’aux chaleurs caniculaires.

Depuis que les graminées sont en vogue, la fétuque bleue (Festuca glauca) connait un certain succès. Elle le doit à son aspect très graphique qui séduit les amateurs mais aussi parce qu’on peut lui trouver divers emplacements au jardin.

En plein soleil, même brûlant
Compte tenu de son port arrondi et de sa taille modeste (20 à 30 cm de haut), elle a toute sa place dans une rocaille sèche, sur un lit de graviers, pour border un escalier ou un chemin pierreux, ou même pour former un tapis couvrant près d’une terrasse. L’essentiel est de pouvoir lui assurer une exposition en plein soleil. Et plus il sera chaud, mieux ce sera. C’est si vrai que cette fétuque tolère les emplacements arides où les températures atteignent des pics en plein été. Ni les canicules, ni même la sécheresse ne lui font peur.

Un bleu plus ou moins fort
C’est vrai pour beaucoup de graminées mais plus encore pour la fétuque dont les feuilles longues et filiformes ont le profil idéal pour transpirer le moins possible. En plus, la pruine bleutée en surface des feuilles les protège des brûlures d’un soleil ardent. Evidemment, ce bleu est très décoratif. Avec la variété ‘Intense Blue’ il est bien marqué alors qu’il est plus gris, presque bleu métal, sur la variété ‘Elijah Blue’. Et si toutes les fétuques bleues sont persistantes, elles sont d’un bleu puissant en été et ont tendance à verdir en hiver quand elles ont moins de soleil et de lumière.

On la peigne ou on la taille
Toutefois, même persistante, la fétuque demande une petite taille de nettoyage en fin d’hiver. Comme pour une Stipa tenuifolia, on peut se contenter de « peigner » la fétuque à la main pour extraire les feuilles sèches et brunes du cœur de la touffe. C’est important pour permettre le renouvellement des feuilles et soigner l’aspect de la plante. On peut aussi tout rabattre à 10 cm du sol pour redonner de la vigueur au sujet. En quelques semaines, la boule sera reformée. Cette fétuque est naturellement vigoureuse et affiche une croissance rapide. Dès la première année qui suit la plantation, elle a fière allure.

Elle vient bien partout
En bord de mer, on la trouve souvent sur des sols sableux et ailleurs, sur des sols caillouteux. Le pH peut être neutre ou basique (sol calcaire). Evitez les terres trop lourdes qui vont asphyxier les racines. Si elle vient bien sur les sols pauvres, elle se plaît aussi sur une bonne terre de jardin drainante. Et ne craignez pas qu’elle s’étale car elle n’est pas du tout traçante. Il est facile d’aligner plusieurs sujets et de conserver cet alignement plusieurs années.

Multiplier est parfois utile
Après quelques années, surtout si on ne réalise pas cette taille de nettoyage, la touffe s’élargit un peu et finit par se dégarnir au centre. Pour éviter ce stade, il faut diviser. On déterre la plante en enlevant une motte conséquente. Ensuite, on retire l’excès de terre et on tranche avec une bonne lame en deux ou trois parties qu’on replante aussitôt. Cette division est à faire de préférence au printemps, sinon en octobre. Il est utile d’arroser copieusement pour aider la reprise et de poursuivre avec un arrosage tous les dix jours le premier été. Ensuite, ce sera inutile. Festuca glauca se débrouille seule aussi bien pour affronter les grands froids (rustique jusqu’à -15°C) que les fortes canicules (a priori sans limite, même dans le Midi et en Corse).

Walter Brousse